Des nouvelles du frelon à pattes jaunes

En 2015,le nombre de nids a explosé dans les Cotes d’Armor.1580 nids ont été recensés malgré la bonne volonté de certaines communes qui ont investi dans leur destruction.Comme dans bien d’autres endroits,il a été observé que les communes ayant pratiqué le piègeage et la destruction de nids primaires,n’ont pas eu à déplorer d’augmentation du nombre de nids.On espérait que du fait qu’il n’y avait eu que peu de souches(3?)introduites en France,la consanguinité aurait eu raison de cet intrus(avec cependant une inconnue de taille:en combien de décennies?).Comme chez tous les hyménoptères ,si certains males du nid ne peuvent féconder,ce seront les males les plus dynamiques de la zone environnante qui iront féconder les femelles destinées à devenir des fondatrices.L’an dernier,le congrès Apimondia s’est tenu en Corée ou il est pratiqué une apiculture à petite échelle;le vespa vélutina y est très présent.Certains apiculteurs ont amélioré leur chiffre d’affaire en vendant du saké,dans lequel 50 à 60 frelons ont macérés pendant 1à 3 ans,au prix de 300 à 400 euros la bouteille.Cette mixture serait un remède (de bonne femme?) contre l’hypertension…Une méthode d’éradication du frelon,pratiquée dans ce pays,consiste à leur couper les pattes arrière;puis à les relacher après un bain dans la carbaryl(interdit en France)afin d’empoisonner la colonie.En France on tente de les imiter en utilisant un produit appelé Eliminal qui n’est autre qu’un des noms commerciaux du fipronil (on trouve aussi du Front-line:anti-puces pour animaux de compagnie). Ce produit reconnu très toxique pour l’abeille domestique,apidés sauvages pollinisateurs,oiseaux etc…Ayant une rémanence de plusieurs semaines,doit etre proscrit.Après avoir fustigé les agriculteurs qui l’employaient sur leurs semences avec les dégats que l’on sait sur nos colonies,il n’est pas concevable que nous l’utilisions…Certes nos pièges et attractifs ne sont pas parfaits (quoique?)mais ils sont autorisés.Nous apiculteurs ne pouvant couvrir seuls cette problématique sur le département,nous nous devons de communiquer sur ce sujet dans notre entourage proche autant que faire se peut.Quelques municipalités ont formé un réseau de volontaires en les équipant de pièges,et informent le FGDON 22 de leurs résultats.Il nous faut encourager ces actions en espérant qu’elles se généralisent.Un seul mot d’ordre à diffuser largement:le piégeage de Printemps est de loin le piégeage le plus économique,le plus efficace et le moins dangereux.Un recul de plusieurs années maintenant ,atteste de l’efficacité de cette méthode.Pour les apiculteurs bretons,un piège très efficace et d’une simplicité déconcertante:les brèches de miel disposées dans des bacs à l’air libre sont un  excellent appat auprès desquels les fondatrices prendront l’habitude de venir se nourrir:il n’y a plus qu’à les attendre.