C’est le printemps, le temps de faire le point !!

Enfin le printemps montre le bout de son nez !
En cette 2ème quinzaine de Mars, et suite à un épisode frais de saison, la végétation est bien calée dans ses dates classiques de développement et la Nature se pare de belles fleurs.

 

A la faveur d’un chaud rayon de soleil, les récolteuses n’auront que l’embarras du choix entre prunelliers, saules marsault, merisiers, et champs de colza jaunissant.
Du bon pollen riche en protéines des saules, du nectar appétant des merisiers, voilà de quoi booster nos colonies qui vont « exploser » avec les tiédeurs de cette fin de Mars.

Attention aux colonies encore bien lourdes qui présagent une ruche orpheline ou une colonie fortement impactée par le frelon à pattes jaunes l’automne précédent  mais aussi et surtout par une trop forte infestation varroa, problématique ayant été un peu occultée ces derniers temps par Vespa Velutina.

Une petite colonie peut être sauvée (expérience à tenter ?) en la transvasant en ruchette avec isolation maxi, partitionnée 3 cadres et prise en charge totale, nourrissement avec du sirop 50/50 versé chaud (30°) par petites doses de 10 cl soit 1 petit verre afin qu’elles puissent le prendre en à peine quelques heures.  Condition primordiale pour tenter ce genre d’expérience: que vous soyez sûr du réel potentiel de votre reine, potentiel qui n’a pu s’exprimer faute d’une population trop faible.

L’intérêt d’une colonie orpheline qui finit de s’écrouler, si ce n’est déjà fait, réside en 1 stock de cadres bien lourds de moins de 3 ans, qui seront distribués aux belles colonies un peu justes sous condition d’un état sanitaire irréprochable . Ces cadres seront disposés, après avoir été complètement grattés (tous les opercules piquetés),  le plus loin possible de l’autre côté de la partition afin d’être vidés au plus vite; outre qu’ils apportent un complément de nourriture conséquent, disposés de cette façon ils provoqueront également une stimulation de la colonie.
Bonne visite de Printemps,,,,,,,,,,   à suivre

Apicolement

Christian GUESPIN, président du GDSA 22